Pat' Jaune

Publié le par christian deloraine

 

 

Pat'jaune

Le groupe des hautes plaines réunionnaises se produira à Paris pour deux concerts exclusifs au Sentiers des Halles. Amateurs de concert festifs et inconditionnels de culture réunionnaise, ceci est à ne pas manquer !

Pat'jaune en concert exclusif à Paris !Les quatre trublions du groupe Pat'jaune savent comment emmener le temps d'un concert leur public en voyage dans les hauts. A petite île, lors de la fête de l'ail, ils ont su réchauffer les spectateurs venus applaudir ce que l'on peut appeler le phénomène Pat'jaune : une musique à contre-courant des standards réunionnais (et pourtant bel et bien réunionnaise à 100%), une interprétation haute et en couleur par quatre saltimbanques tout droit sortie du 27ème kilomètre du Tampon, et une mise en scène tordante où l'autodérision est de rigueur.
L'histoire du groupe remonte en 1989 où les trois frères Gonthier, Michel, François et Bernard, s'adonnent allègrement à la musique dans leur plaine des cafres natale. L'un est guitariste, l'autre contrebassiste et le troisième luron violoniste mais gratte aussi du banjo. Ces cafris-plainois pures souches vont dès 1993 commencer à se produire sur les petites scènes locales où le succès sera vite au rendez-vous. Claudine, la touche féminine du groupe, rejoindra plus tard les trois frères et dotera leur musique d'une rythmique à la caisse claire. « Ce regard féminin est essentiel dans le groupe » nous confie François peut de temps avant le concert. « On compose tous ensemble, des fois un de nous arrive avec son morceau, mais c'est tous ensemble qu'on va réellement en faire quelque chose ».


Et ce quelque chose est plutôt réussis à en voir désormais la popularité incontournable que s’est faite le groupe en trois albums (« Youl », « Ti catoune », « Larisé ») + un coffret DVD live. A noter également que va prochainement sortir la bande originale du fameux film documentaire « l'école des gramounes », dont ont doit également au groupe la musique.
« On s'inspire de la musique de nos grands parents, la valse, la polka, toute cette vague de chanson qui est arrivée à La Réunion en même temps que les premiers européens qui étaient des marins, des irlandais ou encore les riches propriétaires ». Cette musique fait en effet partie de la tradition musicale de La Réunion, une tradition qui sans Pat'jaune serait sans doute tombé dans les oubliettes. Mais surtout, Pat'jaune apporte ce « plus » qui fait son succès : des rythmes entrainants voir endiablées, des paroles si drôles et parfois si émouvantes qui ne manquent pas de nous rappeler bien souvent la réunion lontan, et une interprétation unique qui fait avant tout de Pat'jaune un groupe de scène.

Comment ne pas rire lorsqu'ils caricaturent les Yabs les hauts (dont ils font partie) avec leur accent comme s'ils ont une patate chaude constamment dans la bouche, leur accoutrement toujours en retard sur la mode, et leur teint palot qui les fait passer pour des zoreils lorsqu'ils se promènent dans les bas. Ces tout le public qui se délectent de ces interludes tordants qui expliquent les uns après les autres les morceaux. Pour ne citer qu'eux, le fameux « ti catoune » où le départ traditionnel en pique-nique d'une famille, « Polka Angelo » qui raconte l'histoire de quatre yabs typique des hauts, ou encore « Ti bal lontan » qui nous rappel l'époque des bals populaires où il ne fallait pas non plus boire trop de bière si ont voulait finir la soirée accompagné.
C’est à Paris qu'ils se produiront prochainement avec deux dates exceptionnelles au Sentier des Halles. « Ont a eu cette opportunité, alors on fonce ! Souvent le plus dure pour les groupes réunionnais, c'est justement de pouvoir sortir de l'île pour aller faire connaître sa musique, alors deux dates à Paris ça ne se refuse pas ». Se sera le 14 et le 17 novembre. Les places sont déjà en vente dans les Fnac et les Virgin, ou encore au 01 42 61 89 96. La capitale aura donc ces deux soirs là un petit morceau de La Réunion rien que pour elle, et en plus un morceau de choix, mélangeant musique rythmée et humour péï. Faudra pas non plus qu'elle n'oublie de nous les rendre, car on a besoin nous aussi !

 

S7300034.JPGS7300065

 

Montelimar   juin  2010

Commenter cet article